Contribuer à un monde plus sain et sauver le monde

Les couches écologiques (1/3) : une alternative saine et ecoresponsable

Les couches écologiques (1/3) : une alternative saine et ecoresponsable

Dossier spécial  : les couches jetables (partie1)

Depuis les années 1990, les scandales sanitaires et les révélations sur l’impact environnemental des couches jetables s’enchaînent et se multiplient.

Face à ces constats, une nouvelle génération de fabricants apparait et invente une alternative aux couches jetables classiques : la couche jetable « écologique ».

Mais en quoi une couche écologique se distingue-t-elle exactement des couches jetables traditionnelles ? Comment peut-on être certains des allégations avancées ? D’où viennent les couches écologiques et comment les définir ?

Nous vous proposons un dossier complet composé de trois billets à suivre et à lire selon vos envies et vos préférences pour tout savoir sur les couches jetables écologiques proposées sur notre site!

Article mis à jour le 02 juillet 2018

Petit historique de la couche…

La première couche-culotte entièrement jetable naît en 1961. L’invention est attribuée à Victor Mills, ingénieur chimiste chez Procter & Gamble qui teste sur ses petits-enfants un modèle à base de cellulose absorbante à la place du carré de coton lavable de nos grands mères. L’objectif est alors de réduire les lessives quotidiennes et de maintenir bébé au sec pour éviter les rougeurs. Le marché explose et les marques rivalisent d’ingéniosité pour proposer aux parents la couche la plus fine, la plus absorbante, la plus adaptée à la morphologie de bébé, la plus douce…

Si cette invention révolutionnaire tient une part importante dans l’émancipation de la femme et facilite encore aujourd’hui la vie de la famille au quotidien, son image commence toutefois à se ternir avec l’essor de la conscience écologique des parents, écœurés de découvrir que les couches qu’ils croyaient en coton ou en papier sont en fait en… plastique!

17 ans après voyez ce petit micro trottoirs réalisé par la marque Love and Green :

Or, le plastique n’est pas biodégradable. Il faut environ 4000 couches à un enfant en moyenne avant de devenir propre soit l’équivalent d’une tonne de déchets et chacune de ces couches mettra en moyenne 500 ans à se dégrader en minuscules particules qui ne seront jamais assimilées par la nature.

Les enjeux environnementaux et sanitaires des couches jetables

 

Selon l’Ademe*, « la méthode d’analyse du cycle de vie (ACV) permet d’évaluer les impacts générés par un produit sur l’environnement, aux différentes étapes de sa vie : extraction des matières premières, fabrication/transformation, commercialisation/distribution, transport, utilisation et fin de vie. C’est en observant chaque étape du cycle de vie du produit que l’on peut déterminer ses impacts environnementaux. Une analyse de cycle de vie conduite au Royaume-Uni a permis d’évaluer les impacts environnementaux liés à l’utilisation de couches lavables et de couches jetables pour un enfant pendant deux ans 1⁄2. Les couches jetables ont des impacts sur l’environnement notables dans les trois domaines que sont : l’utilisation de ressources naturelles, les rejets dans l’eau et l’air et les émissions de gaz à effet de serre.

*source : fiche technique de l’ademe impacts environnementaux des couches jetables pour bébé juin 2012

Et ce n’est pas terminé : dans les années 2000, Greenpeace , en testant différentes couches culottes, découvrait dans plusieurs d’entre elles du… TBT (Tributyl étain, substance toxique pouvant endommager le système hormonal et immunitaire). Le scandale explose. Non seulement les couches sont en plastique mais on y retrouve toutes sortes de toxiques dont la présence s’explique par les procédés de fabrication et le choix de matériaux synthétique et à bas coût. Devant le manque de transparence des fabricants et les problèmes sanitaires et écologiques liés aux couches jetables, les parents cherchent des alternatives et veulent la vérité.

 

Alors une couche « écologique » jetable c’est quoi?

Le premier à commercialiser une couche jetable dite « écologique » est Moltex dans les années 1990. Leur choix est de n’ajouter dans leurs couches aucun matériau susceptible de contenir des substance nocives ou allergisantes (aucun parfum, aucune lotion, une plus grande proportion de matières premières d’origine renouvelable ou « Agro-sourcées » donc moins de synthétiques issus de la pétrochimie, une cellulose FSC et non blanchie au chlore élémentaire) et d’emballer les couches dans un emballage biodégradable.

Quatre produits sur les 10 testés par Greenpeace en 2000 ne contiennent aucune substance nocive. Trois d’entre eux sont des produits MOLTEX (voir l’histoire des Moltex).  Un premier pas est franchi!

Pour autant ATTENTION! Le concept de couche jetable « écologique » ne correspond à ce jour à aucun label, aucun cahier des charges ou aucune appellation officielle, ce que d’ailleurs nous regrettons. Nous allons donc ci-après vous proposer NOTRE définition, celle de Bébé au Naturel, construite avec tous les éléments en notre possession depuis 2004, année de notre naissance et année depuis laquelle nous soutenons sans faillir un change sain pour bébé et limitant au maximum ses impacts sur l’environnement!

Commençons par les impacts environnementaux :

Toujours selon l’Ademe, « les impacts les plus significatifs des couches jetables sont liés aux étapes de fabrication du produit et de traitement des déchets, deux postes sur lesquels le consommateur a peu de marge de manœuvre. Des travaux sont menés au niveau des fabricants (allègement du poids de la couche, utilisation de matières premières renouvelables, par exemple) pour réduire les impacts des couches jetables. Une réduction de 10% du poids de la couche permet de réduire les impacts environnementaux de 5 à 9% selon les indicateurs ». De même, les plastiques bio-sourcés, c’est-à-dire fabriqués avec une part de matières premières renouvelables, si ils sont fabriqués à partir de déchets et non du stock alimentaire mondial ont un impact positif car ils permettent de limiter l’utilisation de matières premières fossiles. Ils consomment de plus a priori moins d’énergie non renouvelable et libèrent moins de carbone en fin de vie que les plastiques d’origine pétrochimique. Ceci dit attention ils ne sont pas pour autant nécessairement biodégradables et ceux qui le sont comme le PLA nécessite des conditions spécifiques pour se décomposer.

Une offre de couches certifiées « Nordic Swan » ou « Ecolabel européen » se développe depuis 4 à 5 ans. Ces labels environnementaux apportent des garanties de limitation des impacts environnementaux des couches lors de leur fabrication (limitation des consommations d’énergie, de l’utilisation de matières premières, de substances chimiques dangereuses, de déchets…) tout en offrant une performance au moins égale à celle d’autres couches.

Le fabricant Tidoo, certifié Nordic swan nous explique : « Le Nordic Swan Ecolabel est un label écologique créé en 1989 à l’initiative des pays nordiques (d’abord Norvège et Suède, puis Finlande, Islande et Danemark). Aujourd’hui c’est le label officiel commun à tous les pays nordiques et l’un des plus connus dans le monde. C’est un système d’éco-étiquetage volontaire destiné à aider les consommateurs à choisir les produits et services les plus écologiques. »

Parmi les critères étudiés pour réduire l’impact sur l’environnement on retrouve notamment :

  • la fabrication des produits : consommation d’énergie, la consommation d’eau, l’utilisation de produits chimiques, les effluents dangereux…
  • les matériaux utilisés : l’origine des matières premières, pas de PVC ni de lotion ajoutée…
  • le conditionnement (packaging)
  • etc…

En ce qui concerne les aspects sanitaires, comme l’a fait Moltex le premier, il s’agit non seulement de n’ajouter aucun matériaux susceptibles de contenir des substances nocives mais aussi d’être vigilant sur les toxiques présents dans l’environnement susceptibles de se retrouver dans les couches par contamination.

Pour Bébé au Naturel, une couche écologique c’est donc :

  • une couche fabriquée par des entreprises en recherche permanente d’innovation pour proposer une couche efficace,
  • une couche sans produits toxiques connus ou suspectés ajoutés délibérément (sans lotion, sans HAP, sans allergènes) et avec un programme de vigilance sur la présence de toxiques présents dans l’environnement pouvant se retrouver dans la couche comme les COV, les pesticides…
  • un couche avec le plus de matières naturelles et renouvelables issus de déchets alimentaires possible,
  • une couche avec l’impact le plus faible possible sur l’environnement (efforts réalisés sur l’impact de la fabrication des produits, l’origine des matières premières : Idéalement ces couches sont certifiées écolabel nordic swan ou écolabel européen…)
  • et une couche dont les fabricants inscrivent leur activité dans une démarche citoyenne, sociale et/ou écoresponsable.

Les choix et la méthode Bébé au Naturel

Nous proposons sur notre site 8 marques de couches écologiques différentes  pour permettre à chacun de trouver celle qui lui conviendra le mieux: Love and Green, Tidoo, Naty, Pingo, BB EcologicBambo Nature, Biobabby et Moltex.

Chaque fois que nous choisissons un fournisseur, nous récoltons tous les documents attestant les allégations écologiques, sociales, marketing et qualité avancées.

Chaque marque proposée sur notre site est essayée par un panel d’eco-testeurs de Bébé au Naturel avant de vous être proposée. Tout produit ne répondant pas aux critères d’efficacité ne sera pas proposé sur notre site. Nous restons ensuite vigilants quant à la réaction de nos clients sur le long terme en suivant attentivement les avis postés sur notre site et les éventuelles réclamations. Enfin, nous sollicitons régulièrement nos partenaires pour nous assurer de la qualité de leur produit et développer un partenariat de confiance.

Dès qu’il est question dans la presse ou ailleurs d’une substance qui serait présente dans la couche alors qu’elle ne le devrait pas, nous réagissons très vite et sollicitons l’ensemble de nos partenaires, qu’ils aient été testés ou non, pour avoir leur avis et l’assurance de l’innocuité de leurs produits. Si les produits ne répondent plus à nos critères, nous cessons de les proposer.

En résumé, les enjeux, les reproches et la composition d’une couche jetable

Remarque : contrairement à l’idée répandue, il n’y a jamais eu de coton dans les couches jetables.

Actuellement, il n’existe aucun modèle de couche jetable 100% naturelle (sans matériau de synthèse) ou qui n’ait aucun impact sur l’environnement. Par exemple, il n’existe pas de couche 100% biodégradable, compostable ou de couche dont la fabrication, le transport, l’utilisation et la fin de vie n’ont aucun impact sur la planète. Il est d’ailleurs parfaitement impossible pour un produit de n’avoir aucun impact sur l’environnement ce pourquoi nous cherchons sans relâche le produit dont l’impact sera le plus faible!

D’un point de vue sanitaire, il faut aussi avoir conscience que le risque zéro n’existe pas. Il est possible par exemple même si il faut tout faire pour que cela n’arrive pas qu’un enfant développe une allergie à n’importe quelle matière naturelle ou synthétique.

Pour trouver la couche jetable la plus sûre et le plus respectueuse de la planète, la différence se fera alors dans la nature, l’origine, la quantité et la qualité des matières premières utilisées, l’importance voire l’obsession que mettront certains fabricants à pister les toxiques pour les éliminer en procédant à des tests systématiques et aléatoires, le choix des process, l’hermétisme des lignes de fabrication industrielles, des stocks, le choix des prestataires de services…

Or, sur ces sujets, les couches jetables écologiques ont justement de SOLIDES arguments à faire valoir…

Cliquez ici pour visualiser notre catalogue de couches écologiques

à suivre dans notre dossier « Les couches jetables écologiques : « une alternative saine et éco-responsable » :

 



4 thoughts on “Les couches écologiques (1/3) : une alternative saine et ecoresponsable”

Laisser un commentaire