Contribuer à un monde plus sain et sauver le monde

Evaluation de la sécurité des produits d’hygiène intime : les résultats de l’ANSES

Evaluation de la sécurité des produits d’hygiène intime : les résultats de l’ANSES

Le 19 juillet dernier, l’Anses publiait son rapport d’évaluation de la sécurité des produits d’hygiène intime. Il n’y a aucun risque sanitaire à utiliser ces produits mais il est préconisé aux fabricants de tout faire pour limiter la présence de substances « présentant des effets « cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques » (CMR), perturbateurs endocriniens ou sensibilisants cutanés » dedans ce serait mieux.

Que penser de tout cela? 

Améliorer la fabrication des protections afin de réduire la présence de substances chimiques

L’Anses a été saisie en 2017 par les ministères en charge de la Santé et de l’Économie afin d’évaluer la sécurité des produits d’hygiène intime féminin suite à des tests répétés des magazines de consommateurs révélant la présence de substances toxiques dans ces produits. Alors quelles sont les conclusions?

« Des tests en laboratoire ont révélé la présence de diverses substances chimiques en très faible concentration et sans dépassement des seuils sanitaires. L’Anses ne met pas en évidence de risque lié à la présence de ces substances. La majorité de ces substances proviendraient de la contamination des matières premières ou des procédés de fabrication.

L’Anses recommande donc aux fabricants d’améliorer la qualité des matières premières et de réviser certains procédés de fabrication afin d’éliminer ou, à défaut, de réduire autant que possible, la présence de ces substances, en particulier celles présentant des effets « cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques » (CMR), perturbateurs endocriniens ou sensibilisants cutanés.

D’autre part, il n’existe pas de réglementation spécifique encadrant la composition, la fabrication ou l’utilisation des produits de protection intime. L’Anses recommande l’élaboration d’un cadre réglementaire plus restrictif au niveau européen afin de limiter la présence de ces substances chimiques et soutient notamment, dans le cadre du règlement REACh, un projet de restriction des substances CMR dans les produits d’hygiène féminine » (source communiqué de l’ANSES 19 juillet 2018)

L’avis de Bébé au Naturel : 

Les risques sont absents mais les recommandations fortes alors que penser de ces conclusions? Les seuils sanitaires actuels sont ils si fiables que cela? Nous restons dans l’interrogation.

Depuis 2004, année de la création de Bébé au Naturel, nous militons pour des protections hygiéniques féminines saines et ayant le moins d’impact possible sur la planète. Dès les années 1990 des fabricants se sont emparés de ce problème et ont proposé des produits plus sains et plus écologiques comme Natracare né en 1989. Depuis de nombreux fabricants les ont rejoint nous permettant de vos proposer sur notre site une sélection de protections intimes variés mais avec toujours la même rigueur. 

Nous observons depuis quelques temps une réelle prise de conscience notamment des autorités et nous nous en réjouissons mais nous espérons que ces recommandations ne resteront pas lettre morte.

Nous militons donc avec énergie pour la définition d’un cahier des charges prenant en compte des seuils sanitaires les plus restrictifs, incluant les produits lavables dans leurs particularités et des impacts sur la planète mesurés et limités. Ce cahier des charges est d’autant plus important que les techniques d’analyses des laboratoires sont de plus ne plus pointues et sont capables aujourd’hui de détecter des seuils indétectables il n’y a pas si longtemps. Comment s’y retrouver, nous, les consommateurs, sans l’aide de repères fiables et de confiance pour ne pas sombrer dans la paranoïa devant des millionième de grammes de toxiques tout en étant vigilant à la santé de nos enfants et à la notre? 

Le syndrome de choc toxique menstruel : l’importance d’un bon usage des protections

« Le syndrome de choc toxique menstruel représente le principal risque microbiologique lié au port de protections intimes internes (tampon et coupe menstruelle). La toxine bactérienne TSST-1 produite par le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) peut entrainer la survenue d’un syndrome de choc toxique menstruel qui, bien que rare, peut avoir de graves complications.

L’expertise montre que le risque de développer un SCT menstruel augmente avec une utilisation prolongée d’une protection interne et/ou l’utilisation d’une protection d’une capacité d’absorption plus forte que nécessaire. A noter que les protections intimes externes (serviettes, protège-slips) n’ont jamais été impliquées dans les cas recensés de SCT menstruels.

Aussi, l’Anses recommande de renforcer l’information des professionnels de santé et des femmes sur cette maladie et ses symptômes. Elle préconise également que tous les fabricants affichent des indications claires relatives à ce risque sur les emballages et les notices d’utilisation des produits de protections intimes internes.

Afin de limiter le risque de SCT menstruel, l’Anses rappelle aux utilisatrices la nécessité de respecter les recommandations d’utilisation propres à chaque protection, en particulier celles sur le temps de port des tampons et des coupes. Il est également recommandé d’utiliser un tampon uniquement pendant les règles et de le choisir avec un pouvoir absorbant adapté au flux menstruel afin de le changer régulièrement.

Plus globalement, l’Anses rappelle l’importance du respect des règles d’hygiène de base concernant l’utilisation de protections intimes, et notamment l’importance de se laver les mains avant et après le changement de protections intimes. »  (source communiqué de l’ANSES 19 juillet 2018)

L’avis de Bébé au Naturel : 

Enfin des recommandations officielles rassurantes. Tampon et coupes peuvent donc être utilisées sans crainte dans le respect des recommandations du fabricant. Que dire de plus? Ah oui : en utilisant une coupe menstruelle en journée selon les recommandations des fabricants puis des protections lavables la nuit que vous déposerez juste dans un seau d’eau froide dès le lendemain pour les détacher en toute simplicité vous faites aussi un geste pour l’environnement en réduisant les déchets! 🙂

En savoir plus : voir nos précédents billets sur le sujet : 

Protection intimes : des choix pas toujours simples

Face au sujet difficile et épineux des protections intimes féminines, nous avons opté pour une présentation plus légère sous forme de bande dessinée. Trois copines partagent leurs points de vue et s’expliquent sur leur choix. Et vous, dans laquelle des trois vous reconnaîtrez vous le plus ?

Hygiène intime : pourquoi choisir  des produits naturels? 

Peut-être vous demandez-vous quel est l’intérêt d’utiliser des produits d’hygiène intime naturels plutôt que ceux du commerce « classique ». La réponse est très simple : parce qu’ils ne contiennent ni plastique, ni additifs ou éléments chimiques, ni dérivés du pétrole dangereux pour votre santé et celle de notre planète !

 



1 thought on “Evaluation de la sécurité des produits d’hygiène intime : les résultats de l’ANSES”

  • Superbe article merci !!! C’est important au niveau hygiène et aussi écologique. En effet, une femme utilise au cours de sa vie entre 10 000 et 15 000 protections hygiéniques, alors autant choisir les bonnes :))
    De mon coté j’ai choisi la cup et les serviettes lavables !
    Sonia Danse prénatale

Laisser un commentaire