Catégories
Alimentation

Aluminium dans les laits bio: qu’en disent les fabricants?

Une équipe de chercheurs anglais* a découvert des taux importants d’aluminium, métal toxique pour le corps humain, dans les 15 laits infantiles les plus consommés en Grande Bretagne. Parmi ces laits, des laits certifiés biologiques. * cette étude a été publiée en 2010 et a été relayée le 25 et le 29 janvier dernier dans un documentaire de Valérie Rouvière diffusée sur France 5 « L’aluminium, notre poison quotidien ». Elle a été réalisée par le Professeur Christopher Exley, maitre de conférence en chimie bio-inorganique au centre Birchall, à l’université de Keel en Grande Bretagne.

D’où vient cet aluminium? Donner du lait infantile à mon bébé serait-il dangereux ? Les laits biologiques sont-ils autant concernés que les laits classiques?

Nous avons aussitôt pris contact avec nos fournisseurs pour recueillir leur avis et position sur cette question.

la lait infantile bio, la solution la plus saine pour votre bébé

Il ressort de nos recherches et de cette consultation de nos fournisseurs que les laits bio restent sans conteste la meilleure alternative existante si on ne peut (ou si on ne souhaite) pas allaiter. Pourquoi?

1) Absence de résidus de pesticides rappelons le !!

Il faut surveiller le taux d’aluminium c’est vrai mais n’oublions pas les autres substances toxiques absentes des laits bio…

2) Zéro aluminium ajouté

Toutes marques confondues, les laits bio, à la différence des autres laits, sont garantis sans aluminium ajouté sous toutes ses formes (aluminium, substances dérivées de l’aluminium, contenant de l’aluminium…)

Comment en être sûr ? La certification AB vous le garantit car son cahier des charges interdit l’ajout d’aluminium sous toutes ces formes (pur ou dérivé). Tous les laits sont aussi bien évidement garantis conformes aux normes en vigueur.

3) Zéro migration depuis l’emballage

Les laits Babybio, Evernat, Hipp et Prémibio sont garantis sans aluminium en provenance de l’emballage. Les boites utilisées sont soit en fer recouverte d’un vernis alimentaire garanti sans phtalate ni BPA (Babybio, Prémilait et Evernat) donc garanties sans aluminium, soit en aluminium (Hipp) mais garanties Zéro contact ni migration possible avec le lait car là aussi, le métal est recouvert d’un vernis alimentaire. Les sachets utilisés par Holle et Biobim sont de polyéthylène avec un film de polyamide (OPA) aluminisé (en allemand: « aluminiumbedampfte Folie » ou « aluminiumkaschierte Folie »). Cela veut dire que le film de polyamide est recouvert avec une mince couche d’aluminium. Cette couche d’aluminium n’entre pas en contact avec le contenu du sachet. Elle sert à améliorer la conservation du produit et à le protéger contre la lumière et la migration de substances nocives (par exemple, contre la migration de traces d’huiles minérales).

Comment en être sûr ? Les migrations du contenant vers le contenu sont rarissimes dans les produits secs des gammes pour bébé que nous proposons. Elles surviennent surtout (comme pour le BPA) lorsque le contenant est chauffé, endommagé, contient du liquide ou des produits acides. Des tests de migration vérifiant ces affirmations sont par ailleurs effectués régulièrement par Hipp et Holle qui garantissent l’absence de migration d’aluminium dans leur lait. Voir les taux ci-dessous.

(NB : Ce paragraphe a été modifié suite à un commentaire posté plus bas par Frédéric).

4) Surveillance du taux résiduel lié à la présence naturelle d’aluminium sur la terre

L’aluminium trouvé dans les laits bio par l’équipe anglaise s’expliquerait en conséquence par la persistance de résidus naturellement présents dans les matières premières utilisées (l’herbe mangée par la vache, l’eau qu’elle boit?). En effet, l’aluminium est le métal le plus abondant au sein de l’écorce terrestre* et on le retrouve naturellement dans les végétaux. Il peut donc être présent dans notre alimentation (céréales, légumes, thé, cacao…) sans qu’il y ait eu ajout volontaire ou calculé de la part des fabricants. *Quand l’aluminium nous empoisonne , Enquête sur un scandale sanitaire Virginie Belle, Essai (broché). Paru en 09/2010

Reste que ce taux est à surveiller absolument et de la manière la plus précise compte tenu des risques pour nos enfants!

Holle a effectué des tests voici les chiffres qu’ils nous ont communiqué :

  • Lait pour nourrisson 1 : taux <2mg/kg (au dessous de ce seuil, la mesure ne peut être plus précise). Résultat par litre une fois le lait reconstitué : 0.028mg/l.
  • Lait de croissance 3 : taux de 0.5mg/kg. Résultat par litre une fois le lait reconstitué : 0.056mg/l

D’après Hipp:

les taux trouvés dans le lait n’est pas inquiétant et surtout il est très surveillé. Voici la réponse qu’ils ont communiqué à la journaliste de France 5 lorsqu’elle les a sollicité sur cette question :

« Tous nos ingrédients sont soumis aux contrôles qualité stricts, et ne sont utilisés pour la production que si le taux d’aluminium relevé est considéré comme étant sans danger selon des normes scientifiquement approuvées. Les autorités européennes et internationales (FAO/OMS et EFSA) ont fixé une dose hebdomadaire tolérable à 1mg par kilogramme de poids corporel. Ce qui signifie qu’un nourrisson pesant 6 kg peut sans danger ingérer jusqu’à 6 mg d’aluminium par semaine. En considérant les taux d’aluminium trouvés dans les produits HiPP cités dans l’étude, et en se basant sur les doses journalières de lait recommandées selon l’âge des bébés (telles qu’indiquées sur l’emballage des produits), l’ingestion hebdomadaire s’inscrit bien en-deçà de ces niveaux de sûreté, et ces traces d’aluminium dans les laits infantiles HiPP ne présentent aucun risque pour la santé. Au plus, un bébé ingérera 43% du taux maximum admis, et pourrait par conséquent consommer le double de la quantité habituelle sans courir aucun danger. »

Les autres fabricants ne vérifiaient pas le taux d’aluminium jusqu’à ce jour dans la mesure où ce métal n’entre pas dans la composition de leur produit (ni même pour certains de leur emballage) et qu’il n’y a aucune exigence légale sur cette question. Ils se sont tous engagés à vérifier ce taux dans les plus brefs délais et à intégrer ces tests dans leur cahier des charges qualité.

Par exemple, Evernat nous indique :

« Concernant les laits Evernat, nous n’utilisons pas d’aluminium ni dans la recette, ni dans les emballages. Cet additif est interdit dans les produits biologiques. Comme l’aluminium n’est pas utilisé dans nos produits et qu’il n’y a pas de normes définies sur sa teneur (matières premières), nous ne recherchions pas ce contaminant. Nous allons le rajouter aux analyses déjà effectuées ( plomb et cadmium). »

En savoir plus en 3 questions/réponses…

Quelles sont les normes existantes sur le sujet ?

L’aluminium n’est pas présent naturellement dans notre corps, c’est un produit inutile à la différence des oligo-éléments tels que le fer ou le zinc*. Lorsqu’on retrouve de l’aluminium dans le corps c’est qu’on l’y a amené. Il n’existe à ce jour aucune norme ou taux à ne pas dépasser en ce qui concerne l’alimentation.

Il en existe une pour l’eau par contre de 0.2mg/l.

La seule indication que l’on ait en tant que consommateurs pour nous aider à évaluer les dangers est la dose hebdomadaire tolérable par le corps humain. Cette dose a été fixée par les autorités européennes et internationales (FAO/OMS et EFSA) à 1mg par kilogramme de poids corporel. Cela signifie qu’un adulte pesant 60 kg peut normalement sans danger ingérer jusqu’à 60 mg d’aluminium maximum par semaine. Un nourrisson de 6kg : 6mg. *Quand l’aluminium nous empoisonne , Enquête sur un scandale sanitaire Virginie Belle, Essai (broché). Paru en 09/2010


Quels sont les risques ?

Le sujet est complexe et les études nombreuses. En résumé l’aluminium passe dans le sang et si il est ingéré en trop grande quantité, il ne peut plus être éliminé. Il s’accumule alors dans les tissus dont le cerveau entrainant des troubles neurologiques. Il peut également avoir une action de perturbateur endocrinien lorsqu’il est ajouté dans les cosmétiques.

Que dois-je faire pour préserver mon bébé ?

Le problème est l’accès à l’information et aux quantité d’aluminium que nous ingérons ou que nous faisons ingérer à nos proches. L’aluminium est omniprésent : alimentation, cosmétiques, vaccins, eau du robinet…

Quelles solutions avons nous ?

  • bien lire les étiquettes
  • privilégier l’alimentation certifiée ecocert qui garanti l’absence d’ajout d’aluminium
  • proscrire tout cosmétique contenant de l’aluminium
  • choisir dans la mesure du possible des vaccins sans aluminium

En ce qui concerne les résidus d’aluminium présent naturellement, une solution pourrait être d’extraire l’aluminium du lait infantile obtenu mais ce n’est pas envisagé à ce jour et nous n’avons aucune idée de comment cela pourrait se faire… Il ne faudrait pas que cette extraction nécessite l’utilisation d’autre substance douteuse ou dégrade la qualité du lait… Nous sommes preneurs de toute information à ce propos si vous en trouvez !

ATTENTION : Ce billet a été rédigé en janvier 2012 il est donc possible que depuis de nouvelles informations ou de nouvelles études soient disponibles sur ce sujet (voir les billets plus récents). Merci de votre compréhension.

33 réponses sur « Aluminium dans les laits bio: qu’en disent les fabricants? »

« l’alimentation certifiée ecocert »?
Ecocert a un référentiel sur l’alimentation?

Je pensais qu’ils certifiaient selon le cahier des charges AB (propriété du ministère de l’agriculture), non?

Ce qui fait que quelque soit l’organisme certificateur, le produit répond aux mêmes exigences.
Les organismes habilités pour le bio sont :
QUALITÉ France
ECOCERT
ACLAVE
AGROCERT

SGS ICS

@Marion : Effectivement Marion vous avez raison, je me suis mal exprimée. Veuillez accepter mes excuses.
Je corrige donc ma phrase : «  La certification AB vous le garantit car le cahier des charges de la certification par Ecocert interdit l’ajout d’aluminium » par « La certification AB vous le garantit car son cahier des charges interdit l’ajout d’aluminium»
Merci de votre remarque.

@Coccia
bonjour! vous avez raison tout le problème est là!! Comment faire la chasse à l’aluminium!
Dans les laits bio vous ne trouverez aucune mention d’aluminium étant donné qu’il n’entre pas dans la composition des laits. Dans les produits alimentaires non certifiés AB, ou dans les cosmétiques, l’aluminium peut prendre bien des formes et il est trop souvent caché!
Je vous propose de faire un billet sur ce sujet plus tard mais je peux d’ores et déjà vous donner quelques exemples :
dans l’alimentation, voici la liste des codes E… à base d’aluminium : E 173 / E520 / E521 / E522 / E523 / E554 / E555 / E556 / E559 / E541 (source L’aluminium nous empoisonne cité dans le billet ci dessus)
en cosmétique  : tout ce qui commence par Aluminum comme aluminium chloride, aluminium chlorhydrate, aluminium chlorohydrex…

@ la maman du blog « Un Cocon pour bébé »
merci beaucoup de votre message !!

Elles ont bon dos les vaches… vous avez déjà lu une étiquette de composition de produits pour bébé? Il n y a pas que l’aluminium comme M****E dedans! que ce soit le lait pour nourrisson, les petits pots, les desserts lactés et fruits… ils en avalent du tout et n’importe quoi!! Et bio ou pas, il faut lire!

@ Mathilde: oui c’est vrai lisons les étiquettes et surtout faisons passer les infos!
Il y a tellement de choses à vérifier ou auxquelles il faut faire attention soit parce que les normes actuelles ne sont pas toujours suffisantes soit parce que les scientifiques découvrent chaque jour de nouvelles substances à chasser de nos assiettes… Nous ne serons jamais de trop pour relayer tout ça!!!

je suis consterné, et les hôpitaux ne donnent pas de lait bio dans les maternités.Par contre les mamans peuvent utiliser du lait de vache coupé avec de l’eau environ moitié eau et moitié lait.

Merci beaucoup pour ce post c’est exactement les infos que je recherchais.
Je vais pouvoir faire mon choix avec un peu plus de sérénité.
Et félicitation à Bébé au naturel car très peu de vos concurrents ont fait la démarche d’interroger leurs fournisseurs!!

Bonjour,

je lis dans votre article :
« Les sachets utilisés par Holle sont en aluminium mais recouvert d’un film plastique (PE) garantissant l’absence de migration d’aluminium dans le lait ».
C’est une très bonne blague que vous a envoyé Holle. Le PE n’est absolument pas considéré comme un film barrière dans l’emballage alimentaire (à moins qu’une étude spécifique n’ait été conduite pour vérifier le niveau de barrière à l’lu qu’aurait le PE). Le PE ne sert qu’à apporter une propriété de scelabilité au sachet. Pour votre information, et c’est plutôt drôle, les films d’aluminium (à ne pas confondre avec des films aluminisés) sont eux considérés comme une barrière fonctionnelle car ils empêchent tout composant de migrer vers l’intérieur de l’emballage. Reste à savoir s’il s’agit d’aluminium pur ou de film aluminisés. Ensuite est ce qu’une étude spécifique (si oui par qui et peut-on avoir le résultat de l’étude) a été conduite pour savoir si de l’aluminium pouvait migrer de l’emballage lui même vers le contenu.

je lis également :
« Les migrations du contenant vers le contenu sont rarissimes dans l’épicerie sèche. » Très drôle à nouveau. Des études très récentes montrent qu l’on retrouve des traces d’huiles minérales (composants d’encres « non alimentaires ») dans des produits tels que la semoule….je vous parle d’études que l’on retrouve en France dans des magazines tels que 60 millions de consommateurs et qui agitent toutes l’industrie agroalimentaire et du packaging en Europe depuis 1 an environ

Certes on vous a répondu, mais d’une manière très approximative. Volontaire? ou pire par méconnaisance totale de ces sujets?

Faites vous aider pour anlayser les réponses!!

dans l’attente de vos commentaires.

@ Frédéric,

Merci de votre commentaire, nous allons essayer de vous répondre au mieux. Je suis déjà ravie de vous avoir fait rire, il paraît que le rire est bon pour la santé ! A moins qu’un jour on ne découvre que rire sécrète d’horribles substances douteuses… Mais restons optimistes !!! 🙂

En ce qui concerne la migration vers des produits secs nous vous présentons nos excuses car manifestement notre billet manquait de clarté ou de précision. Nous connaissons effectivement l’étude de UFC que choisir* mais il n’était question ici que des produits infantiles que distribuent nos marques partenaires et que nous proposons sur notre site : laits, jus de fruits, petits pots, biscuits, assiettes menu… Or, pour la totalité de ces produits, il n’y a pas d’emballage en carton seul, sans protection aucune. Je voulais donc dire que pour les emballages qui nous concernent : pots en verre avec couvercle métal et joint plastique, boite de lait, bouteille de jus de fruits, coupelles et assiettes, boites de biscuits avec sachet plastifié… nos fournisseurs nous assurent que les risques pour les produits secs sont minimes pour les raisons que nous évoquons dans le billet. Minime ne veut pas dire rien donc nous restons malgré tout vigilant, nous sommes bien d’accord.

* pour ceux qui ne la connaîtraient pas voici le lien : Migration des emballages dans les aliments De quoi se faire un sang d’encre ! – UFC-Que Choisir de septembre 2011
http://www.quechoisir.org/alimentation/securite-hygiene/communique-migration-des-emballages-dans-les-aliments-de-quoi-se-faire-un-sang-d-encre

En ce qui concerne les remarques que vous faites sur Holle, elles sont effectivement très intéressantes. Nous les avons transmises à l’ensemble de nos partenaires pour recueillir leur réactions et ne manquerons pas de vous en faire part sur ce blog, peut-être à l’occasion d’un nouveau billet. Sachez déjà que les tests dont vous parlez sont bien réalisés par Holle et que nous en avons transmis les résultats dans notre billet. Holle, qui est certifié Demeter ce qui signifie qu’ils vont plus loin encore que le cahier des charges AB, a toute notre confiance. Comme tout le monde, ils peuvent sans doute encore progresser mais regardons aussi l’alternative produit qu’il y a en face ! Vos remarques sont quant à elles plus que fondamentales car elles nous permettent à tous, revendeurs et fabricants, d’être toujours plus vigilants.

Nous faisons chaque jour de notre mieux pour répondre de manière complète et professionnelle à toutes les questions qui nous sont posées. Elles concernent des sujets très variés (portage, couches lavables mais aussi chimie, emballage, gestion des déchets, puériculture, jardinage, cosmétique… ) et, vous avez raison, nous ne prétendons pas être des spécialistes dans tous les domaines. Nous ne pouvons pas non plus refaire les études et les tests réalisés par des certificateurs indépendant qui ont notre confiance sur tous nos produits.

Alors comment travaillons nous ? Nous avons dans nos équipes une partie de spécialistes tout de même, nous exerçons ensuite une veille permanente sur l’actualité (études, presse, ouvrages indépendants, ONG, organisme certificateurs…), nous construisons avec nos fournisseurs, les organismes étatiques comme la DGCCRF… des relations de confiance et croisons les informations. Si, au final, nous avons un doute notre politique est toujours la transparence. Nous faisons des billets sur notre blog pour cela et sommes donc ravis que, lorsque des choses nous échappent, des spécialistes comme vous nous le signale !!!

Nous serions à ce propos très intéressés que vous nous transmettiez vos sources scientifiques, des ouvrages ou des liens vers des sites qui traitent de l’emballage aussi précisément, à moins que vous n’acceptiez d’être sur ces questions notre partenaire et que vous interveniez sur ce blog dès que vous le jugez nécessaire !!! Peut-être travaillez-vous dans ce secteur ?

@Frederic
Nous avons reçu la réponse de notre fournisseur Holle au sujet de sachets d’emballage de leurs laits. Ils reconnaissent s’être trompés. Sachez qu’ils s’expriment en allemand et qu’il arrive que des imprécisions surviennent en plus à cause de la langue. Voici leur réponse :
« L’information que nous vous avons donné sur nos sachets n’était pas correcte. Nous sommes désolés de cette erreur!
Les sachets que nous utilisons pour nos laits sont de polyéthylène avec un film de polyamide (OPA) aluminisé (en allemand: « aluminiumbedampfte Folie » ou
« aluminiumkaschierte Folie »). Cela veut dire que le film de polyamide est recouvert avec une mince couche d’aluminium. Cette couche d’aluminium n’entre pas en contact avec le contenu du sachet. Elle sert à améliorer la conservation du produit et à le protéger contre la lumière et la migration de substances nocives (par exemple, contre la migration de traces d’huiles minérales).

Nous faisons analyser la teneur en aluminium de nos laits régulièrement par un laboratoire agréé en Allemagne (pour plus de détails, voir notre communiqué concernant les taux d’aluminium dans nos laits infantiles).

En ce qui concerne la possible migration de traces d’huiles minérales, nous sommes conscients de ce problème. Quand des études sur cette problématique ont été publiés, nous avons tout de suite réagit et nous avons décidé de changer le matériel des sachets de nos bouillies aux céréales. Maintenant, nous utilisons le même sachet que pour nos laits. Le sachet que nous utilisons pour nos laits et bouillies garantit l’absence de migrations du contenant vers le contenu. Dans le cadre de notre système d’assurance qualité, nous conduisons régulièrement des analyses pour nous en assurer.

Pour nos analyses, nous collaborons seulement avec des laboratoires agréés en Allemagne. Nous utilisons des échantillons qui ont été produits il y a quelques mois pour assurer qu’il n’y a pas eu de migration de l’emballage vers le contenu.  »

Nous espérons que cette réponse vous apportera satisfaction. Vous verrez que nous avons retouché notre billet suite à vos remarques en mentionnant cette modification. Nous restons à votre disposition.

Dans l’attente de vous lire,
Marie-pascale

Merci à « bébé au naturel » pour son étude sur les laits maternisés bio, car on ne sait pas trop à quel sein se vouer!!!
Si je peux me permettre cependant, il faut savoir que outre le lait maternisé, d’autres laits peuvent être utilisés en alternative à l’allaitement maternelle : lait de jument (le plus proche du lait humain, très utile en cas d’eczéma, même par voie externe, mais très cher, type 300€ le kg), lait de chèvre (mieux supporté que le lait de vache), lait d’amande (après le 5ème mois comme alternative totale au lait de vache) qui peut être fait à partir de purée d’amande, lait de riz (en complémenté seulement)et bien sur le lait de soja (mais pas tous les jours). Le problème c’est que seul le lait de vache et de soja sont vendus comme lait infantiles alors que ce sont de loin les moins bien tolérés par l’organisme des nourrissons… (sources : Mon bébé bio, L’alimentation naturelle de la maman et du bébé; de Ralf Moll et Uteshain-Emmerich).
J’espère avoir fait avancé le débat et aidé celles et ceux qui cherche le meilleur pour leur enfant. Il existe beaucoup de solution, malheureusement très peu connues.
Belle et longue vie à tous les bébés..; et leurs parents ;-p

@Marie-Pascale

Merci pour vos réponses détaillées, elles me rassurent quant à votre volonté d’apporter des informations aussi précises que possible.

La réponse d’Holle me semble plus appropriée en effet. Je pense que votre contact initial chez eux vérifiera ses informations en interne avant de vous les transmettre la prochaine fois…
L’OPA est un film barrière à l’oxygène bien connu du monde de l’emballage. Dans le monde de l’emballage flexible vous retrouvez ce film pour tous les sachets de fromage râpé par exemple. La fine couche d’aluminium qui le recouvre augmente son niveau barrière dans la structure du sachet Holle.

Si vous cherchez à valider les informations fournies par vos fournisseurs, je pense que le LNE est un excellent organisme en France sur tous les sujets de contact alimentaire et de migration. Le LNE organise d’ailleurs tous les ans des formations pour parfaire ses connaissances.
http://www.lne.fr/fr/formation/stages-emballage-2012/emballages-alimentaires

Le LNE organise également des séminaires sur différents thèmes dont une le 7 juin sur l’emballage et la sécurité des aliments
http://www.lne.fr/fr/formation/journees-techniques.asp.

Après tant de publicité, vous pourriez penser que je travaille au LNE…et bien non…mais si vous souhaitez me poser des questions à l’occasion n’hésitez pas à me contacter…vous avec mon adresse email.

🙂

merci Frédéric!! 🙂 les formations proposées au LNE sont effectivement très intéressantes. Nous allons éplucher leur catalogue… et merci de votre proposition, nous n’hésiterons pas à vous solliciter!!

« choisir dans la mesure du possible des vaccins sans aluminium »

Bonjour,
Je viens de lire votre article et je bondis, que dis-je je m’insurge!!!! Pouvez-vous seulement me donner UN vaccin qui soit sans aluminium, pour nos petits? Voici un choix cornélien auquel j’ai été confrontée:

1 : Ne pas faire vacciner mon petit, le garder avec moi, ne pas envisager la reprise du boulot et de ce fait ne pas lui faire rencontrer d’autres petits puisque dans toutes garderies et autres crèches on nous demande un bébé estampillé!!

2: Faire vacciner mon bébé, donc lui imposer cette saleté d’aluminium et lui faire courir un risque bien réel de développer une fasciite à macrophages( 1 bébé sur 1000!!!!!)!

Alors j’ai bien tenté(moi la petite provinciale, jeune maman, soucieuse du bienêtre de mon enfant)de demander des explications mais biensûr, il ne vont pas se laisser emm..der par une consommatrice(puisque là, il ne s’agit plus de prévention de quoique ce soit mais bien de business sur le dos de nos bébés!)qui a les hormones en ébullition…
Je suis profondément scandalisée par ce sale profit. A présent, je suis également confrontée à l’aluminium dans les laits maternisés(youpiiii)car je n’allaite plus mon bébé qu’une fois par jour.
Franchement, j' »alucine »! Sans parler de l’huile de palme(contenue dans le lait HIPP!!??!!)et la taurine chez Picot(pour augmenter la voracité des bébés!).

Bon, j’attends votre réponse pour les vaccins et n’hésitez pas à me filer l’adresse de celui qui le fabriquera sans alu(remplaçable par le phosphate de calcium si je ne m’abuse mais cela coûterait-il plus cher au fabricant?).
Sur ce, passez un bon été…

Mon dieu, je viens de passer plusieurs semaines à chercher un lait qui ne contienne pas d’huile de palme NI de taurine (j’ai trouvé mon bonheur chez Prémilait), et voilà qu’il faut traquer l’aluminium… on n’y arrivera donc jamais??!

@Elisa
bonjour Elisa! Oui effectivement nos courses peuvent aujourd’hui facilement devenir un parcours du combattant pour autant sachez que si vous choisissez un lait bio Prémilait ou le nouveau lait Babybio Lunéa, vous êtes garantie d’avoir un lait sans Taurine (aucun lait certifié bio n’ajoute de Taurine), sans huile de palme (les laits Prémibio utilisent de l’huile de coco et les laits babybio Lunéa ont revu leur composition pour mettre de l’huile de Tournesol nous vsou invitons à les découvrir) et sans aluminium ajouté (là aussi garanti par le cahier des charges AB). Ce sont donc de loin les meilleurs alternatives existant sur le marché! Restons pour autant vigilants!

Bonjour,

Le vernis alimentaire qui tapisse les parois des boîtes de lait semble ne pas contenir de BPA. Mais contient-il d’autres bisphénols? En effet, j’ai récemment lu qu’un des substituts au BPA était le BPS, tout aussi dangereux a priori… Merci pour vos réponses! Bien cordialement,

je suis consternée d’autant que ma fille est a priori allergique aux protéines de lait de vache et je ne trouve pas de lait bio de riz ou autre… je vais reprendre le travail et vais donc être obligée de lui faire boire des trucs révélés toxiques!!

d’apres certain scientifique la meilleur chose à faire pour eliminer l’aluminium de l’organisme est de boire de l’eau riche en selenium….bon à savoir

Merci pour cet excellent article et la qualité des informations proposées.

(Juste une petite précision par rapport à un commentaire : le lait maternel contient aussi de la taurine, elle n’est pas mauvaise en soi et au contraire très utile, tout dépend de son dosage en fait !!!)

L’étude publiée aujourd’hui dans 60 millions de consommateurs oontre que babybio contient de l’aluminium. D’où vient il je ne sais pas mais dans le tableau il est de ceux qui en contiennent le plus. Vu que vous aviez contacté les différents fabricants vous avez peut être cette information? Merci. Je leur ai aussi posé la question et on verra bien pour la réponse. C’est quand même surprenant.

Bonjour,
Mon bébé est également allergique aux protéines de lait de vache, je lui donne donc du modilac riz mais souhaiterait un lait maternisé de riz bio…cela existe-t-il ou pensez vous que ce sera crée bientôt?

Bonjour Christelle,
Il ne s’agit pas d’un type de lait que nous proposons en effet. Nous vous invitons à vous renseigner auprès d’un professionnel de santé ou auprès des fabricants directement ; ils seront sans doute plus à-mêmes de vous renseigner sur ce sujet.

Bonjour Guillaume,
En effet une nouvelle étude donne des résultats différents. Nous pensons proposer très prochainement un nouvel article à ce sujet. Les taux restent tout à fait conformes aux normes en vigueur… Et il se trouve qu’un seul lot n’a été testé pour cette étude. L’aluminium présent provenant des matières premières utilisées, son taux sera variable selon les lots de produits.
Nous reviendrons donc vers vous aussi rapidement que possible avec plus d’éléments !

On ne peut qu’etre dubitatif en lisant la phrase « L’aluminium trouvé dans les laits bio par l’équipe anglaise s’expliquerait en conséquence par la persistance de résidus naturellement présents dans les matières premières utilisées (l’herbe mangée par la vache, l’eau qu’elle boit?).  »
En effet, dans le dernier testde 60 millions de consommateurs, paru en mars 2014, aucun aluminium n’a été trouvé dans les 9 laits de croissance en bouteille testé !
Il me parait donc plutôt évident de supposer que la présence d’aluminium est lié au procédé de fabrication ou de conditionnement des laits en poudre. a moins que cela vienne de la composition et donc des additifs que les fabricants, meme bios, mettent dedans !
j’aimerais bien avoir la réponse de Holle / Premilait / and co sur ces points.
Merci pour votre article qui donne l’occasion de se poser des questions.

Bonjour à tous,
je viens de lire une liste sur la classification des plastiques alimentaire, et vu que mon bébé consomme de lait « babybio croissance » j’ai vérifié si la bouteille était de « bon plastique » et a ma surprise, elle es classifié dans les plastiques dangereux!!! car dans la categorie 7!! je colle ici la description de ces plastiques:

On trouve dans la septième catégorie tous les plastiques qui n’appartiennent à aucune des catégories (1 à 6). Y figure notamment le polycarbonate , un plastique très controversé. Et pour cause : il peut larguer des traces de bisphénol A dans les aliments. A noter que dans l’Union Européenne l’usage de polycarbonate est désormais interdit dans la fabrication des biberons, mais il reste autorisé pour les autres emballages (boites de conserve, récipients alimentaires, vaisselle…). Cette catégorie contient également d’autres plastiques comme le polysulfone et le polyéthersulfone.
Merde!!! je suis énervée, je me sens arnaquée, et je sens que j’ai donné du poison à mon bébé, malgré tous les efforts et sacrifices que j’ai fais pour le protéger, parce que j’ai fais confiance à une entreprise qui dit respecte la vie!, et se protège derrière un label que lui permet d’utiliser une bouteille en plastique dangereux, c’est honteux et je le sens criminel à l’égard des enfants.

Bonjour,
Voici la réponse de Babybio à vos interrogations sur les bouteilles de lait :
« Pour faire suite à votre remarque concernant les bouteilles Croissance Babybio, soyez tout d’abord assurée qu’avant utilisation de tout nouvel emballage, il est exigé de nos fournisseurs de nombreuses garanties, afin de sélectionner les contenants les mieux adaptés à nos recettes.
Tous nos packs font par exemple l’objet de cahiers des charges très stricts avec nos fournisseurs d’emballages, nous permettant de garantir leur compatibilité avec les denrées alimentaires.
En complément, nous avons également réalisé des séries d’analyses qui démontrent cette compatibilité.
Ainsi, nous vous confirmons que les bouteilles de Babybio Croissance sont exemptes de Bisphénol A.
A titre d’information, il est intéressant de rappeler que le chiffre 7 indiqué au centre du logo présent sur l’emballage, signifie qu’il s’agit d’une association de différents matériaux.
Aussi, il ne confirme pas la présence obligatoire de BPA mais implique que l’emballage est constitué d’un mélange de différents plastiques pouvant inclure le polycarbonate, le nylon, l’EVOH, le polypropylène ainsi que d’autres plastiques.
Les bouteilles de Babybio Croissance elles, sont constituées de Polyéthylène (PE) et EVOH. Chacun de ces matériaux a été choisi pour ses propriétés barrière spécifiques, notamment à l’oxygène. »
Nous espérons que cette réponse aura pu vous rassurer.

Après avoir longtemps travaillé comme pharmacien et m’être renseigné, comme bcp d’entre vous, sur les produits consommables par les enfants, j’ai l’impression que nous vivons dans une société du tout-synthétique. Nous ne sommes donc à l’abri de rien (bio ou non) et le temps qu’un additif soit supprimé des compositions de laits infantiles par leurs fabricants suite à son interdiction par les autorités sanitaires, une nouvelle molécule présente dans l’industrie alimentaire sera identifiée par des scientifiques comme toxique… C’est une cascade sans fin!

Mon Dieu je viens de changer mon lait galia calisma pour pdr le babybio bio 0 a 6 mois pour voir qu en fait le galia calisma etait excempt d alu et que le babybio non???? l horreur moi qui pensait pdr du bio etait meilleur pr mon petit je suis tres decu.
es. ce que qq1 a un retour 2016 de ce fabricant????

Bonjour Thimas,
Nous tenons à vous rassurer avant tout votre enfant n’est pas plus en danger si il consomme le lait babybio ou tout autre lait biologique.
Comment vous convaincre ?
Les laits certifiés biologiques dont le lait Babybio comme vous avez pu le lire ci-dessus sont des laits répondant non seulement strictement au même cahier des charges que les laits Galia Calisma à savoir le cahier des charges de l’alimentation infantile mais, en plus, au cahier des charges du label AB, label français de l’agriculture biologique, vous garantissant l’absence de résidus de pesticides et l’ajout d’aluminium sous toutes ces formes (pur ou dérivé).
Babybio est une marque de notre fourisseur Vitagermine. Vitagermine a depuis plusieurs années intégré la recherche d’aluminium à ses plans de surveillance. La majorité des résultats obtenus démontrent l’absence de détection dans leur poudres de laits infantiles. Bien que ponctuellement, certaines analyses aient pu révéler la présence d’aluminium comme dans l’étude de 60 millions de consommateur en 2014, les teneurs sont très en dessous des doses hebdomadaires tolérables définies par l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments). Les variations de composition naturelle des ingrédients utilisés peuvent expliquer ces différences de résultats. Pour toujours aller plus loin, la marque travaille la construction de filières d’approvisionnements, associée à une sélection rigoureuse des matières premières cultivées dans le respect de l’environnement jour après jour et met en place des plans de contrôles rigoureux.
Nous espérons avoir pu vous rassurer