Montée de lait : comment éviter l’engorgement ?

Montée de lait : comment éviter l’engorgement ?

Sous l’action des hormones, la montée de lait a lieu quelques jours après l’accouchement. C’est une étape normale de la lactation qui amorce la production de lait après le colostrum. Le volume de lait augmente donc de manière assez brutale et la montée de lait peut être inconfortable. Elle nécessite une attention particulière pour être bien vécue et éviter un engorgement mammaire. Voici les conseils de Bébé au Naturel pour accompagner sereinement cette étape.

Qu’est ce que la montée de lait ?

Grâce à la délivrance du placenta et sous l’impulsion des hormones de l’allaitement, la production de lait se met en route en moyenne dans les 2 à 4 jours qui suivent la naissance. Le colostrum cède la place au lait de transition, qui lui-même évoluera vers le lait mature au cours des semaines suivantes. La montée de lait, ou montée laiteuse, marque ainsi le début d’une production de lait plus abondante et une modification de la composition du lait.

Facilement identifiables, voici les caractéristiques de la montée de lait :

  • les seins souvent gonflés, lourds et chauds, sans être douloureux,
  • l’aréole reste souple et bébé parvient à prendre facilement le sein en bouche pour téter,
  • le lait coule facilement,
  • si bébé tète fréquemment, sans restriction et de manière efficace, l’inconfort sera moindre et de courte durée,
  • durant ces quelques jours, bébé est souvent actif et réclame beaucoup le sein.

Si une gêne s’intensifie et s’installe, la vigilance est de mise pour que la montée de lait n’évolue pas vers un engorgement.

Quels sont les signes d’un engorgement ?

Qu’il soit physiologique, au cours de la montée de lait, ou par la suite pathologique, l’engorgement mammaire est une réaction inflammatoire, c’est à dire un œdème du tissu glandulaire du sein.

Plusieurs signes et symptômes doivent alerter d’une évolution des seins vers un engorgement :

  • les seins complètement tendus, durs et douloureux,
  • des rougeurs peuvent être visibles
  • l’aréole et le mamelon sont tendus et aplatis
  • bébé a du mal à attraper le sein
  • une légère fièvre et des bouffées de chaleur sont possibles
  • le lait coule difficilement ou ne coule plus
  • non rassasié, bébé réclame souvent le sein.

Comment prévenir la douleur et l’engorgement mammaire ?

Des conseils simples permettent de limiter les risques d’engorgement :

  • mettre bébé au sein le plus tôt possible après la naissance et dès la salle de naissance
  • le faire téter le plus souvent possible, c’est à dire en moyenne entre 8 et 14 fois par jour, pour drainer et vider les seins
  • proposer le sein dès les premiers signes d’éveil de bébé, sans attendre les pleurs, de jour comme de nuit et aussi longtemps qu’il le souhaite
  • confort, sécurité et soutien à la maman sont essentiels afin de favoriser un réflexe d’éjection du lait efficace
  • effectuer des massages aréolaires très doux, sans aucune pression
  • dès la moindre tension mammaire, il est important d’augmenter le nombre de tétées par jour pour drainer les seins.

Quand consulter ?

Si malgré ces conseils, la douleur et la fièvre persistent ou s’intensifient, il est important de demander l’avis d’un professionnel de santé formé à l’allaitement : sage-femme, consultante en lactation ou médecin. Vérifier la bonne prise du sein et l’efficacité des tétées sont des points essentiels, tout comme vous donner des conseils pour soulager la douleur.



Laisser un commentaire