Contribuer à un monde plus sain et sauver le monde

Simple comme un peu de fil (et d’huile de coude)

 

Cotton Crafts threads

Il semblerait que les travaux d’aiguille reviennent à la mode : broderie, tricot, couture… A mon tour, j’ai eu envie d’apprendre à manier fil et aiguille. Après avoir longuement hésité à investir dans une rutilante machine à coudre moderne et tout électronique, j’ai eu la chance de tomber sur une vieille Singer dans un vide-grenier, en parfait état de marche et à un prix défiant toute concurrence.

Ensuite, je me suis empressée de m’inscrire avec une amie à un cours de couture, car j’étais bien infichue de me servir d’un engin pareil.  C’est que je n’ai jamais appris à coudre, moi, même pas en cours de travaux pratiques, au collège ! Sans réelle surprise nous avons réalisé que la couture n’était pas si à la mode que ça, finalement : beaucoup de cheveux blancs dans la salle, et du haut de nos quasi 35 ans, nous étions de loin les plus jeunes !

Peu importe, les cours sont amusants, et je me suis vite laissé prendre au jeu. Créer des habits, des accessoires à partir de petits bouts de tissu, que c’est gratifiant ! J’ai également redécouvert tout une activité que je ne connaissais plus depuis longtemps : le raccommodage. De nos jours, on a plus vite fait de jeter un habit abîmé et d’en racheter un neuf à la place que de repriser, recoudre, réparer. Pourtant que d’économies en perspective, pour notre porte-monnaie et pour notre planète.

Je me souviens de ma grand-mère, reprisant chaussettes et trous dans les pantalons, assise à l’ombre, dans la cour de sa maison. Je me souviens de l’antique machine à coudre de ma mère, prenant la poussière à la cave. Elle ne la sortait que très très rarement, pour un ourlet de rideau, ou exceptionnellement un costume de fête de fin d’année. C’est sans doute entre ces deux générations que le fil s’est brisé, en faveur de notre société de consommation.

A l’heure où l’on parle décroissance et consommation raisonnée d’un côté, textiles bradés et made in china de l’autre, la solution ne serait-elle pas de revenir à un peu plus de simplicité ? Pourquoi jeter quand on peut réparer ou recycler ? Pourquoi ne pas customiser quand c’est démodé ? Ça demande un peu de temps, c’est vrai, mais après tout, ça peut être considéré comme un loisir. Un loisir créatif. Je m’amuse désormais à recycler de vieux tshirts dont j’adorais les motifs en pochettes en tissu pour ranger les petites affaires de mes enfants. Avec les chutes, je crée des formes que je couds sur d’autres tshirts, qui deviennent uniques, pour le coup. Et pour raccommoder un trou dans un pantalon, c’est parfait !

Un peu de fil et d’huile de coude pour redonner une nouvelle vie à un vieil habit… et un peu de répit à notre planète.

Pour les mamans intéressées par le maternage et les loisirs créatifs, découvrez le livre
Créations Maternage, Modèles et Patrons sur Bébé au naturel



3 thoughts on “Simple comme un peu de fil (et d’huile de coude)”

  • Bonjour tout le monde

    Moi ma mère m’a toujours fait mes vetements, pas tous mais une bonne partie (j’ai 28 ans) et maintenant je commence a m’y mettre mais a la main je ne suis pas tombée sur une occasion en or, Je fais tous les ourlets et je reprise les vetements de travail de mon mari, mes derniers ouvrages refaire des housses pour mes canapés un peu démodés mais encore en bon état et faire des rideaux pour la chambre de bébé
    J’adore ça je destresse et en plus quand les amis viennent on peu dire c’est moi qui l’ai fait!!!

  • pareil ici, mais que en hiver la couture, le jardin me prend tout mon temps…..j’ai même fait des couches….pffff, ma chipie de fille est devenue propre juste après….

Laisser un commentaire