Contribuer à un monde plus sain et sauver le monde

Passer aux couches lavables ?

 

En 2005, alors maman de deux jeunes enfants, j’ai découvert en surfant sur internet qu’il existait une alternative écologique aux couches jetables bien chimiques que j’utilisais – et jetais – à tour de bras depuis la naissance de ma fille aînée, 5 ans plus tôt.

Intriguée par le concept, et très vite rassurée sur le côté moderne de la chose (on était loin des langes de nos grands-mères, heureusement !), je n’ai pas tardé à équiper mon bambin de 2 ans en couches de coton 100% bio et en culottes de protection en pull étanche. L’expérience n’a pas duré très longtemps, puisque rapidement mon petit garçon est devenu propre, mais elle a été suffisamment concluante pour que j’envisage sérieusement de recommencer à la naissance de mon 3ème et dernier enfant.

couches lavables

Mon bébé a donc porté des couches lavables dès ses premiers mois et jusqu’à un an et demi. J’ai testé toutes sortes de formes, des couches avec culotte aux TE1 (couches toutes en un). J’ai pu constater qu’elles engendraient moins de déchets, moins de dépenses, que leur entretien était facile, et que la peau de mon petit dernier restait bien plus saine que celle de ses aînés qui n’avaient pas échappé aux rougeurs et autres érythèmes fessiers ô combien désagréables.

Vraiment convaincue des bienfaits des couches lavables sur l’environnement et le bien-être de mon bébé, je me suis empressée d’en parler autour de moi. Bon, évidemment, auprès de mon entourage pas toujours très connecté, je suis un peu passée pour une extra-terrestre !

Mais finalement, rares sont mes copines qui ont « osé » franchir le pas des lavables. Peur d’un surcroît de travail, peur de manipuler des couches sales, peur des fuites, peur tout simplement de changer les habitudes ? Quel dommage… car si les a priori et les questions sont nombreux, les réponses, simples, existent. Profitez de la semaine internationale des couches lavables pour vous renseigner auprès des professionnels et des associations de maternage, super initiative pour changer la vision du grand public sur les couches lavables !

Incoming search terms:

  • femme qui porte des couches


15 thoughts on “Passer aux couches lavables ?”

  • c’est vrai qu’au début on ne se représente pas bien la chose! Tu as raison on se demande qui sont ces extra-terrestres qui s’enquiquinent avec ces couches d’un autre âge! Je me souviens j’étais carrément sceptique, voire un peu comment dire… allez disons le : l’idée de manipuler le contenu des couches ne me motivait pas plus que ça!
    Mais j’étais quand même intriguée! Alors je me suis renseignée et j’ai découvert l’impact écologique des couches jetables dont je n’avais pas vraiment conscience (même si jeter un énorme sac de couches tous les jours me rendait malade). Et puis quel maman ou quel papa n’a jamais eu à changer intégralement bébé : body, pyjama, gigoteuse et draps de lit parce que sa couche jetable soit disant parfaite avait débordée ? On manipule tout autant les selles avec les jetables!
    Aujourd’hui je ne reviendrais en arrière pour rien au monde! Bébé a les fesses dans un vêtement tout doux et n’est plus engoncé dans un sac plastique 24h/24, les couches sont rigolotes, l’économie est importante et l’impact écologique bien moindre! Alors évidemment les lavables ont aussi des défauts : ça fait du linge en plus à gérer mais ça se fait bien!

  • perso, je m’y suis mise au retour de la mat pour bb1 (d’ailleurs, c’est papa qui a mis la 1ère) et j’en suis super contente…
    malgrès qq soucis d’encrassage très vite réglés grâce aux conseil précieux d’autre maman laveuses; tout va bien…
    bb2 arrive et c’est sure qu’il ou elle sera en couches lavables; je pense même fabriquer des te1 pour bb1…
    c’est sure q c’est un pas à franchir et une organisation pour faire les lessives et le séchage… mais l’arrivée d’un bébé engendre tellement de changement q ça ne complique pas beaucoup plus la vie… et merci pour le porte monnaie……..

  • Je me demande même comment on a pu imaginer que les couches jetables pourraient devenir « la norme » pour tous nos bébés de pays riches… Elles peuvent être très pratiques en voyage, mais quand on est à la maison, quoi de plus simple que d’utiliser des couches en tissu à laver dans sa machine… Pour moi ça été vraiment naturel de m’y mettre ! J’aurai par contre peut-être besoin d’aide pour convaincre les responsables de la crèche que ce n’est pas plus compliqué à gérer… Une idée pour un prochain article du blog ? Merci en tous cas à Céline et tous les contributeurs du « Blog au naturel » qui me plait bien.

  • Mon bébé a 6 mois aujourd’hui et depuis le début je lui mets des couches lavables. J’ai fait beaucoup de recherches étant enceinte sur les couches et j’ai finalement réussi à convaincre mon mari de prendre des lavables. Personne autour de nous ne pouvait nous guider et tous ceux à qui on en parlait nous prenaient pour des fous arriérés. On a opté pour les TE1 qui sont extras. Pas de problème de fuite, pas de peau abîmée, pas de déchets… un entretien facile et une organisation qui se met vite en place. On en a acheté 25 et c’est parfait! Je n’utilise pas du tout de jetables. Ecologie, économie… Je ne changerais pour rien au monde!!

  • @Anais, c’est une très bonne idée, je le note, merci !

    @Katell, heureusement qu’internet existe pour effectuer toutes ces recherches… et démocratiser les solutions dites « alternatives » !

  • Bonjour!
    Quel plaisir de lire ce post! C’est tellement vrai.
    Je me suis mise au couches lavables avec bb2 et pour rien au monde je en retournerais au jetables. J’essaie de communiquer mon enthousiasme mais rien à faire, la première réaction est souvent: « hein! quoi? mais tu dois avoir 10x plus de boulot,de lessive, …et comment tu fais pour les cacas?? » Enfin, j’explique, re-explique…parfois ca marche: une amie s’y est mise après que je lui ai prêté 2-3 langes pour tester. Une fois adoptées, les personnes ne tarissent pas d’éloges pour les lavables.
    Si je peux me permettre, j’aimerais partager l’adresse de ce blog avec d’autres 😉
    A bientôt

  • Je fais partie de ceux qui « n’ose » pas s’y mettre.
    Je m’étais dit, il y a 2 ans : « si je deviens femme au foyer, je me mettrais aux couches lavables », et puis, le temps passe, je suis femme au foyer depuis cette époque et, voyant mon tas de linge et les machines en retard que j’ai toujours, je n’ai jamais osé tenter.
    Aujourd’hui je prends conscience, enfin, du nombre de poubelles que je jette et j’hallucine!!! Alors je me suis acheté une yaourtière, j’envisage la machine à pain et, justement les couches lavables…
    Mais je ne suis pas bien informée, comment doit on s’y prendre? Enfin, quelle taille choisir, quels sont les premiers achats, et ensuite? Combien devrions nous en acheter, etc.
    Pourriez vous, toi et les lectrices, me guider dans mes premiers achats? Sachant que j’ai une fille de 7 kg et que j’envisage de devenir assistante maternelle et donc de proposer cela aux parents plus tard.

    Merci

  • Bonjour à toutes!

    Avant tout Séverine, je tiens à te rassurer : à mon avis 100% des mamans et papas qui utilisent les couches lavables se sont un jour inquiétés de leur entretien! Mais comme on vient toujours aux lavables pour une raison qui nous tient à cœur (respect de la planète, économies conséquentes, douceur et langes sains pour son petit bout) et qu’il existe pleins de solution simples et efficaces pour entretenir les couches, ces inquiétudes seront très vite oubliées !

    Ce qui est pratique avec les couches lavables c’est qu’elles sont complètement modulables et qu’il y a des solutions adaptées à toutes les familles. Les préférences, les besoins, le budget, la morphologie de bébé… A chaque question une réponse!

    Je te conseille au départ de te procurer une ou deux couches pour voir comment ça marche et à quoi ça ressemble. Il existe également des packs découverte. Si tu es conquise tu pourras compléter tes achats. Dans le cas contraire, les couches te serviront de dépannage pour l’inévitable jour où on est en rupture de couches un dimanche matin! Tu ne prend donc aucun risque!

    Je te conseille également d’aller fureter sur notre site pour voir ce qui existe comme modèles de couches puis d’aller consulter les articles que l’on a fait pour aider les parents à y voir plus clair!

    Pourquoi utiliser les couches lavables? Les couches lavables, comment ça marche? Comment choisir la couche lavable qui conviendra le mieux à mon enfant?

    Tu trouveras ces conseils en cliquant sur le lien suivant :
    http://www.bebe-au-naturel.com/eveil,couches-bebe,couches,page,articles,mod,contenu,bio,2476-505.fr.html

    Et puis nous sommes bien évidemment là pour t’aider et te conseiller par téléphone ! N’hésite pas à nous appeler! Nous répondrons à tes questions avec plaisir!

  • Bonjour,
    Personnellement, j’ai acheté un pack complet de couches
    lavables de la marque Popolini en coton bio pour mon
    premier enfant et je ne les ai presque pas utilisées car
    elles ne convenait pas à sa morphologie (il avait des
    marques sur les cuisses qui mettaient une douzaine
    d’heures à disparaitre) et aussi parce qu’elles était
    énormes. J’ai eu un deuxième bébé a qui je mets des
    couches jetables bio mais quand je vois a quelle vitesse
    se remplit la poubelle….j’ai vraiment envie de trouver
    une autre solution. et je suis très tentée par les Ten2
    Gro Baby. Seulement voilà : que faire de mes couches
    popolini? parce que c’est quand même un gros investissement
    de départ et j’aimerai rentrer un peu dans mes frais.
    Donc connaissez-vous un site sur lequel je pourrais
    revendre mes couches lavables qui sont presques neuves.
    Ou avez-vous d’autres propositions? je suis ouverte à
    toutes les bonnes idées de « recyclage »
    Merci d’avance

  • @ Delphine bonjour,
    Si tu n’as plus envie d’utiliser tes couches en coton tu peux tout à fait les revendre : de nombreuses personnes sont intéressées par des couches d’occasion par conviction écologique ou pour des raisons budgétaires. Tu peux aller par exemple dans les vide grenier, trouver des dépôts vente pour bébé ou aller sur internet.
    Tu peux aussi donner tes couches à des associations. Même dans ce cas de figure, tu es gagnante financièrement par rapport à l’achat de couches jetables. Certains relais des « Restos du Coeur » ou de la « Croix rouge » prêtent des couches lavables aux personnes qui en ont besoin. Cette solution en plus d’être plus économique pour eux et écologique permet aux personnes en difficulté d’être autosuffisants ce qui est pour eux très satisfaisant.
    Sinon, commence peut-être par réessayer tes couches avec ton nouveau bébé! Tu n’auras peut-être pas la même réaction que la première fois d’autant plus que les deux morphologies ne seront pas les mêmes. Nous pouvons aussi te guider pour ne plus avoir de marques sur les cuisses : parfois il suffit de changer la culotte de protection sans pour autant changer tout le pack! n’hésites pas ! 🙂

  • Bonjour,

    je suis étudiante, et dans le cadre d’un projet scolaire j’ai décidé de m’intéresser au marché des couches lavables. Je souhaiterai réaliser une étude de marché concrète, c’est pour cela que je me permet de mettre un lien qui vous conduira vers mon questionnaire.

    http://www.enquetefacile.com/RespWeb/Qn.aspx?EID=888971

    peut être pourriez vous m’orientez, au vu de votre site qui est très intéressant,

    j’espere que vous pourrez me répondre et vous en remercie par avance,

    cordialement,

    Vanessa.

  • Osons le change

    Des couches non-jetables
    Tout a commencé par une merveilleuse nouvelle : nous allions bientôt être parents !
    L’émotion passée, comme beaucoup de futurs parents, nous nous sommes mis à éplucher toute la littérature qui nous tombait sous la main. Et, c’est comme ça, au détour d’un site sur la naissance naturelle, que nous avons découvert l’existence des couches lavables. Alors que jusque là pour nous le choix se limitait à Pampers ou Huggies, nous avons rapidement été convaincus du bien fondé de cette alternative plus saine, plus respectueuse de l’environnement et plus économique.

    Se lancer
    Malgré cela, à la naissance de notre fils, nous avons décidé de reporter l’expérience. En fait, nous étions fort fatigués après l’accouchement et avons mis quelques semaines à trouver notre rythme à trois. Les débuts avec un petit bout sont semble-t-il toujours un peu sportifs et les difficultés de digestion de Phileas raccourcissaient nos moments de repos. Nous craignions donc que l’utilisation de couches lavables ne soit trop contraignante et ne nous permette pas de profiter au maximum de la magie des premières découvertes.

    C’est finalement à partir du deuxième mois que nous nous sommes lancés. Dans un premier temps, nous utilisions des couches lavables seulement en journée, en continuant avec des couches jetables pendant la nuit. Nous ne voulions pas passer en un coup exclusivement aux couches lavables parce que nous souhaitions nous donner le temps de nous faire la main. Nous voulions aussi voir si les petites fesses de Phileas s’adaptaient au changement, car nous étions tout de même inquiets des réactions potentielles (irritations, rougeurs, érythème fessier, …). En fait, ça s’est très bien passé et nous n’avons remarqué aucun changement au niveau de sa peau. A la réflexion, on préfère d’ailleurs que ses fesses soient un peu mouillées de temps en temps, plutôt qu’elles ne soient en contact permanent avec les produits chimiques qui composent la partie absorbante des couches jetables (et dont certains sont soupçonnés d’avoir un impact négatif sur la santé).

    Le choix des couches
    Aujourd’hui, il existe tellement de marques et de types de couches lavables que nous ne savions pas trop quoi acheter. D’après ce que nous avons compris, on peut distinguer trois grands systèmes:
    – en 3 pièces : une couche, un « insert » et une culotte imperméable extérieure ;
    – en 2 pièces : une couche-culotte en une pièce, avec une poche à l’intérieur pour y glisser un insert ;
    – en 1 pièce : le « tout en un », où l’insert est cousu dans la couche-culotte.
    Ensuite, pour chaque système, il y a différents matériaux (coton, chanvre ou bambou pour la couche et pour les inserts ; polyuréthane, polaire, ou laine vierge pour la culotte), deux types de fermetures (velcro ou pressions) et plein de motifs.

    Nous, on a opté pour la solution qui nous semblait la plus économique et la plus fiable contre les fuites, à savoir des langes en trois pièces (couche, insert et culotte imperméable). Concrètement, nous utilisons deux simples tissus rectangulaires en coton:
    – un premier tissu nous sert d’insert, pour augmenter l’absorption ;
    – un second nous sert de couche : on y place l’insert, puis on le plie en l’ajustant autour du bébé et on le fixe avec deux épingles à nourrice. Des techniques de pliage sont très clairement expliquées et illustrées sur différents sites internet (notamment sur larbreabebes.free.fr).
    Et au-dessus de la couche, nous mettons une culotte imperméable qui laisse respirer la peau.

    Le nettoyage
    La partie qui rebute sans doute le plus les parents est le nettoyage des langes.
    Alors, voilà comment nous faisons :
    Après avoir changé Phileas, on s’occupe de son lange (la couche, l’insert et la culotte imperméable).
    Si c’est juste de l’urine, on le lave simplement à la main dans le lavabo avec du savon de Marseille. La couche et l’insert sont en coton et sèchent en quelques heures. La culotte est en synthétique et sèche encore plus vite (moins d’une heure).
    Si par contre la couche est salie par des fèces, on la prélave rapidement une première fois à la main. Et puis on la laisse tremper dans de l’eau savonnée, en attendant la prochaine lessive en machine (on a une petite bassine prévue à cet effet).
    Pour donner une idée : le nettoyage nous prend maximum cinq minutes après le change, et pour le moment nous faisons 2 lavages en machine par semaine (vêtements et couches mélangés).

    Pour récapituler, voici le « matériel » que nous avons :
    – 12 linges de tissu : la couche que l’on plie
    – 12 linges de tissu : les « inserts », que l’on dispose dans le premier linge pour augmenter l’absorption
    – 2 épingles à sureté pour attacher les linges de tissu autour des hanches
    – 2 culottes imperméables, taille unique (qui serviront jusqu’à ce qu’il soit propre)
    – Une petite bassine pour faire tremper les couches « souillées » avant lavage en machine
    Budget approximatif : 90 euros.

    En conclusion, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Et certaines couches, de forme anatomique, froncées au niveau des cuisses, et se fermant avec des velcros, ressemblent finalement beaucoup à des langes jetables.

    Bref, pourquoi s’en priver alors que c’est bon pour le bébé, pour la planète et pour le portefeuille ? Nous, on n’a pas trouvé et on est très satisfaits d’avoir choisi les couches lavables, qui sont un des aspects d’une démarche globale de réflexion sur notre mode de vie (dont vous pouvez lire une présentation sur http://www.icway.be).

    Cédric et Isabelle FRANÇOYS

  • Les couches lavables de bébé sont revenues dans notre millénaire en force pour vous faire découvrir
    un monde tout en douceur elles n’ont rien avoir avec les langes de nos grandes mères Elles constituent
    un vêtement élégant, confortable, pratique, et absorbant et ne contient pas de produit chimique (sans gel de polyacrylate)
    et préserve la peau délicate de votre bébé de la naissance à l’âge de la propreté.

  • Les couches lavables de bébé sont revenues dans notre millénaire en force pour vous faire découvrir
    un monde tout en douceur elles n’ont rien avoir avec les langes de nos grandes mères Elles constituent
    un vêtement élégant, confortable, pratique, et absorbant et ne contient pas de produit chimique (sans gel de polyacrylate)
    et préserve la peau délicate de votre bébé de la naissance à l’âge de la propreté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *