Le Blog de Bébé au Naturel
Home
 

Surmonter les problèmes de l’allaitement

8142

L’allaitement est un art que la mère et son bébé doivent apprendre. Parfois, ce processus d’apprentissage peut être jalonné de défis et difficultés qu’il convient de résoudre.

N’oubliez pas… Avoir un bébé pour la première fois, c’est une expérience bouleversante. Les semaines après la naissance sont chargées d’émotion, vous êtes troublée par les conseils contradictoires de vos proches. Gardez confiance en vous et faites-vous aider par une sage-femme, par une organisation de soutien ou par d’autres mamans qui ont allaité.

Mamelons plats ou rentrés :
1 femme sur 10 a un ou les deux mamelons non-saillants. Si les vôtres ressortent quand vous avez froid ou autre, vous n’aurez pas de problème.

Essayez de pincer la région qui entoure le mamelon. Si le mamelon ressort, tout ira bien, du moment que votre bébé a une bonne position quand il tète. Sa succion fera ressortir le mamelon.

Si cependant votre bébé a du mal à saisir le mamelon, vous pourrez le faire saillir momentanément en utilisant une sorte de petite ventouse quelques minutes avant la tétée les tous premiers jours, comme la Poire pour mamelons ombiliqués ou plats Nuby ou la Niplette Avent.

 

Mamelons douloureux :

Les mamelons irrités peuvent être douloureux au point que les femmes décident de sevrer leur bébé. Bien que, les premiers jours de l’allaitement, une certaine tension soit fréquente, l’allaitement ne doit pas faire mal. La douleur des mamelons et les mamelons irrités indiquent que quelque chose ne va pas.

Dans la plupart des cas, les mamelons irrités sont dus à une position et à une mise au sein inadéquate ou au retrait incorrect de bébé du sein. Demander l’aide de votre consultante en lactation si vous présentez une douleur d’un mamelon ou une irritation du mamelon. Dès que la cause de ce problème est dépistée, le problème peut être rapidement résolu.

Si la douleur est extrême, il peut être nécessaire d’interromppre l’allaitement. Au cours de cette interruption, vous devez exprimer votre lait afin d’éviter tout engorgement et de conserver votre production de lait. Votre consultante en lactation peut vous informer sur les tire-laits et l’expression manuelle, et sur les méthodes d’alimentation alternative afin de nourrir votre bébé pendant cette période.

Si vous désirez renforcer le processus de guérison, de la crème à base de lanoline peut être appliquée sur le mamelon. Il existe d’autres soins à base d’huiles végétales et/ou huiles essentielles. La guérison humide des lésions est le traitement de choix. Évitez tout traitement qui doive être essuyé avant d’allaiter bébé. Cela irrite encore plus la peau. Les protège-mamelon peuvent protéger les mamelons irrités.

Dans certains cas, l’irritation du mamelon peut être due à un champignon. Si c’est ce que vous suspectez, contactez votre médecin afin de discuter d’un traitement pour votre bébé et vous-même.

La montée du lait : 

Dans les premiers jours après la naissance, vous ressentirez un certain engorgement. Ceci est dû à la production graduelle de liquide qui fait gonfler vos seins et qui les rend chauds. Ce type d’engorgement est physiologique et c’est un signe favorable qui vous indique la montée du lait.

Continuez à allaiter fréquemment et sans limite. L’engorgement physiologique ne signifie pas que vous présentez un excès de lait, et il est essentiel que votre bébé tète fréquemment afin d’éviter un engorgement pathologique.

Remarque : Toutes les femmes ne sentent pas la « montée du lait » ou ne la ressentent pas comme douloureuse. Leur corps produit quand même assez de lait pour leur bébé.

Engorgement :

Lors de la “montée laiteuse”, vos seins peuvent durcir et vous gêner. Allaitez votre bébé aussi souvent que possible et, si vous voulez assouplir vos seins, tirez un peu de lait avec votre tire-lait avant la tétée. Un gant de toilette bien froid ou des glaçons sur les seins soulagent parfois en cas de gonflement.

Laissez bébé au sein le temps qu’il faut pour que les durcissements disparaissent et entre-temps, portez des Protège-mamelons dans votre soutien-gorge. La légère pression exercée par ces coquilles, au revêtement tout doux, soulagera l’engorgement. Si toutefois vous avez trop de lait, que vos seins vous pèsent entre les tétées, et que vous ne voulez pas vraiment réveiller votre bébé, utilisez votre tire-lait . Vous pourrez ainsi commencer à faire une réserve de lait maternel.

Crevasses :

Si votre bébé adopte dès le départ une bonne position quand il tète, vous ne devriez pas souffrir des mamelons. Pour les protéger, vous pouvez aussi étaler une ou deux gouttes de lait sur l’aréole à la fin de la tétée.

Assurez-vous que vos mamelons restent bien secs et changez de coussinets fréquemment.

Pour protéger les mamelons crevassés et contribuer à leur cicatrisation, vous pouvez les enduire légèrement de soin spécial protection du mamelon.

Crevasses du mamelon Pranarom

Crevasses du mamelon Pranarom

Si vos mamelons deviennent vraiment douloureux, vous pouvez tout de même continuer à allaiter avec des bouts de sein en silicone ultra-fine, sans goût ni odeur. Leur découpe innovante laisse toujours bébé toucher et sentir le sein maternel. Il continue à stimuler la lactation normalement quand il tète et reprendra volontiers le mamelon nu dès la guérison. Ne les utilisez que quand c’est strictement nécessaire et demandez conseil à votre sage-femme.

Muguet :

Si soudain vos mamelons rosissent, vous font mal ou vous démangent, si vous éprouvez des douleurs lancinantes dans les seins entre ou pendant les tétées, vous ou votre bébé avez peut-être contracté le muguet (blanchet). C’est une condition courante que votre médecin soignera et vous pourrez continuer à allaiter.

Lymphangite :

Si vos seins deviennent rouges, enflammés et chauds, que vous avez de la température et que vous vous sentez malade, vous avez probablement une infection aux seins. Continuez à allaiter si vous pouvez ou tirez votre lait et donnez-le au biberon. Consultez votre médecin d’urgence.

Mastite :

La mastite est une inflammation de la glande mammaire ou des tissus du sein. Elle peut être due à une pression interne ou externe entraînant une stase de lait dans le sein. Cela signifie qu’une mastite peut se développer à partir d’un engorgement. Si vous observez une région chaude et rouge au niveau du sein, si votre sein est tendu à un certain endroit et si vous vous sentez mal, avec des symptômes grippaux, des maux de tête et de la fièvre, consultez immédiatement un médecin.

Un allaitement ou une expression de lait fréquente sont indispensables. Un sevrage brusque ou une interruption temporaire de l’allaitement peut retarder la guérison ou entraîner des complications.

Trop peu ou trop de lait :

De nombreuses mères vivent dans la crainte d’avoir une production de lait inadéquate mais dans la plupart des cas cette crainte est infondée.

• Trop peu de lait :

Si vous craignez de ne pas avoir suffisamment de lait, observez les signes indiquant que votre bébé en reçoit assez.

Si vous avez vraiment trop peu de lait, interrogez votre consultante en lactation afin qu’elle vous aide à gérer votre production de lait et restez en contact avec votre pédiatre.

Les conseils suivants peuvent vous aider à augmenter votre production de lait :

  • La production de lait suit la loi de l’offre et de la demande selon laquelle plus le sein doit fournir de lait, plus il en produit. C’est pourquoi il faut augmenter la fréquence des tétées. Essayez d’allaiter toutes les deux heures en cours de journée et toutes les trois heures pendant la nuit.
  • Seul un bébé placé dans la bonne position peut stimuler le sein correctement. Contrôlez donc sa position ou demandez à une consultante en lactation de le faire.
  • Allaitez au moins 15 minutes par sein et donnez chaque sein à chaque tétée.
  • Essayez de changer de sein. Dès que vous voyez que votre bébé ralentit son rythme de tétée et de déglutition, ôtez-le doucement de votre sein et placez-le à l’autre.
  • Reposez-vous. Quelques jours de repos avec bébé, sans rien d’autre à faire qu’allaiter, peut être très efficace.
  • Évitez les biberons et les tétines. La seule tétée devrait avoir lieu au sein.
  • S’il est nécessaire de donner un supplément à votre bébé, utilisez un gobelet, un accessoire spécial : gobelet Soft Cup Biberon tasse, une cuillère ou une seringue en lieu et place du biberon.
  • Il peut être judicieux de pomper votre lait en supplément. Interrogez votre consultante en lactation sur le pompage du lait ou son expression.
  • Buvez plus fréquemment. Les tisanes galactogènes ou tisanes d’allaitement (à base de plantes telles que le cumin ou le fenouil) peuvent avoir un effet bénéfique.

• Trop de lait :

Trop de lait peut aussi être gênant. Les mères ayant trop de lait se plaignent d’avoir les seins tendus et engorgés, le canal lactifère obstrué et peuvent avoir une mastite. Votre consultante en lactation peut vous aider à réduire votre production de lait.

Les conseils suivants peuvent vous aider à réduire votre production de lait:

  • N’offrez qu’un seul sein à chaque tétée. Laissez votre bébé allaiter de ce côté et laissez-le téter aussi longtemps qu’il le désire, et même pendant les deux prochaines heures s’il veut encore téter. Afin d’éviter un engorgement de l’autre sein, exprimez à la main juste assez de lait pour vous sentir à l’aise. Mais ne le faites que si c’est nécessaire et uniquement la quantité qui vous soulage. Ne videz pas votre sein complètement.
  • Appliquez des compresses froides au sein après avoir allaité bébé.

Allaitement des bébés de grossesse multiple :

Il est possible d’allaiter des jumeaux ou des triplés. La clé de l’allaitement réussi avec des jumeaux ou des triplés est la même que pour tout autre bébé : il suffit de comprendre les principes de base de l’allaitement et son phénomène de l’offre et de la demande, et l’importance d’une position correcte et de la mise au sein appropriée.

Le problème majeur lors de naissance multiple n’est pas l’apport de lait mais le temps. Vous devez donc apprendre à allaiter vos bébés en même temps. Vous gagnerez ainsi du temps. Demandez à votre consultante en lactation de vous apprendre différentes positions qui permettent d’allaiter plus d’un bébé à la fois de manière confortable.

Le retour au travail :

Toutes les mères ne peuvent rester chez elles pendant une période prolongée. Mais même si vous devez retourner au travail précocement, vous pouvez donner votre lait à votre bébé. Avec un bon planning, vous pouvez combiner avec succès travail et allaitement :

  • Essayez de rester à domicile aussi longtemps que possible. Si vous retardez votre retour au travail jusqu’à ce que l’allaitement soit établi, en général après environ six semaines, vous augmentez vos chances d’allaiter avec succès.
  • Deux semaines environ avant de retourner au travail, il est utile que vous appreniez à exprimer votre lait et à le conserver. Demandez à votre consultante en lactation la manière efficace et correcte d’exprimer votre lait. Conservez votre lait exprimé. Vous vous sentirez mieux en ayant en réserve du lait conservé lorsque vous retournerez au travail.
  • Cherchez les occasions d’exprimer et de conserver votre lait sur votre lieu de travail.
  • Laissez une autre personne donner le biberon à votre bébé ou essayez une méthode d’alimentation alternative afin de donner le lait à votre bébé en votre absence.
  • Choisissez des vêtements qui vous permettent d’être à l’aise lors de l’allaitement ou du pompage.
  • Essayez de travailler à temps partiel ou d’avoir des horaires souples.

 

6 août 2015 This post was written by Categories: Allaitement et grossesse Tagged with:
2 comments

2 Responses to “Surmonter les problèmes de l’allaitement”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Top