Le Blog de Bébé au Naturel
Home
 

Copenhague, et après ?

1542

copenhague(Photo : Greenpeace Finland)

Après 12 jours de rencontres et de négociations, le sommet de Copenhague sur le climat s’est achevé sur un bilan des plus mitigés. Nombreux sont ceux qui clament leur déception… la montagne aurait-elle accouché d’une souris ?
Pourtant les attentes étaient grandes de voir enfin les nations s’accorder entre elles et œuvrer ensemble pour limiter le réchauffement climatique de notre planète. Malheureusement, les résolutions signées ne sont guère ambitieuses, et surtout, absolument pas contraignantes.

Jugez vous-même :
(source LeMonde.fr)
- limiter le réchauffement planétaire à 2 °C d’ici à 2050 par rapport aux niveaux pré-industriels (les petits Etats insulaires militent pour une hausse maximale de 1,5 °C)
- pas d’objectifs chiffrés de réduction d’émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050 (pour les pays industrialisés, les objectifs de réduction d’émissions de CO2 d’ici à 2020 ne seront fixés qu’en janvier 2010),
- pas de création d’une organisation mondiale de l’environnement chargée de vérifier et de contraindre juridiquement les états à respecter leurs engagements.

De même, on notera que les deux pays les plus pollueurs, la Chine et les États-Unis ont fini par s’allier pour préserver leur souveraineté sans que l’Europe et les autres pays aient pu vraiment faire entendre leur voix, ainsi que la pirouette diplomatique finale : la conférence des Nations Unies prend note de l’accord de Copenhague, mais ne l’entérine pas. Comment interpréter ce geste ?

Pour autant, quelques points me paraissent intéressants :
- aide à l’adaptation des pays en développement : 100 milliards de dollars par an d’aide aux pays en développement à compter de 2020 (à partir de financements innovants)
- mesures incitatives pour financer la protection des forêts avec des fonds des pays développés.

Mais cela sera-t-il suffisant ?

Il me semble que les intérêts économiques priment encore et toujours sur notre avenir commun, et que comme d’habitude, les priorités des uns ne sont pas celles des autres. Dans ce cas, il ne peut être que terriblement difficile d’avancer tous dans le même sens. Ceci dit, rien de nouveau sous le soleil, hélas, c’est depuis toujours dans la nature humaine. Alors faut-il désespérer et baisser les bras ? Mon indéfectible côté pessimiste me pousse à penser le contraire. A croire que nous pouvons, nous devons montrer l’exemple. L’Europe a les outils technologiques et institutionnels nécessaires pour lutter contre le réchauffement climatique, il faut donc continuer à se battre. Proposer, innover, avancer. Nous n’avons pas le choix, de toute façon.

6 janvier 2010 This post was written by Categories: Actus et débats Tagged with:
No comments yet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Top